lundi 12 juin 2017

L'arche inuit / Fragments de l'archi-nuit, 2018 [extrait].










[08/05/2018] Et l’heure tourne, les années, les siècles : qui reste ? Quoi plutôt, quel reste de vie ? Des zones de végétation semblent subsister, avec faune si rare soit-elle, que traverse peut-être, effleurant comme l’air, la mémoire du monde, or que leur serait le papier où se porta l’intelligence humaine ? (Divers degrés). Les volumes à présent sont fermés, volumes, et plus une main pour les rouvrir sauf peut-être en telle anfractuosité de roc dans l’archipel n° 74 — faite caverne ; la rumeur, impossiblement par la faune s’ébruite — il n’est que de lire leur fuite — qu’y séjourneraient les derniers des hommes : hommes et femmes revenus à la vie primitive, seule la langue est gardée fusion de langues de l’autre millénaire, et condition de conversations allant sans discontinuer l’archi-nuit y est moment fétiche, les enfants y prennent part, combien sont-ils, peut-être treize, quatorze, quinze, ne sommeillant pas, [09/05/2018] Et longue attente (de seules secondes en vérité) que s’élance la phrase, la gestation se situe dans le récent sommeil, je n’écrivais pas j’écrivais (ou opération similaire) rêvant, imprégné des visions où bien des inscriptions figurèrent, puis-je seulement les restituer, tenez quelle en était la langue ? Et : la langue du rêve est-elle jamais sûre — quoi de telle parole que je te vis prononcer, appelant tellement à ce que je comprenne, comme s’il y avait danger ; l’ordre du monde semblait alors en dépendre, je ne sais s’il n’en fut rien, par exemple : car si le mal était fait ? (D’avoir laissé faire ? Or était-il en mon pouvoir d’agir ? L’action n’agissant pas, empêchée comme il advient parfois en rêve, « le corps » ne répondant plus). La catastrophe dès lors imminente, je crois m’être réveillé sur cela, qu’il s’agit à présent de prendre en compte, l’alerte même d’un péril, mais qui alerter de l’alerte (palindrome d’être là, à ne plus rien pouvoir de rien, [10/05/2018] Heure morne dont il y a à se réveiller, le fragment attend — d’être élancé ; la nuit fut sans phrase, ou alors : pas une pour franchir le réveil, ouverte qu’elle eût été dès lors à la conscience, cette dernière y allant puiser, sitôt mise en exergue pour le fragment, l’autournant tant d’heures, puis que se passe-t-il ? S’écarter de la zone d’écriture, cabane* encerclée de broussailles, à peine un passage l’on saura qu’il se dédouble, l’un acheminant vers le ravin, l’autre vers les hauteurs et non loin du cratère, c’est celui-là que j’emprunte, laissant à même le sol bien des empreintes avertissant d’un passage, la faune sait cela, et prend la fuite, d’un bruissement de broussailles, une ombre peut-être est aperçue le temps de l’éclair, photographier serait arriver trop tard, pas même l’ombre ne serait fixée, [11/05/2018] Cratère d’où ils s’écartèrent, vestiges de faune, divers ossements, certains intacts, il y eut ici la vie libre*, et sauvage, avant que le cœur du cratère n’adresse ses projectiles, mais à qui — susceptible d’en faire une lecture, la meilleure qui se puisse ? La langue du cratère, tu donneras à apprendre à tes enfants la langue du cratère (qui parle ? Avec voix de stentor et comme inhumaine — d’un autre lieu en tout cas —, résonnant infiniment dans les thorax), marches à présent acheminant vers les hauteurs, et de pierrailles diverses ou scories d’une dureté de pierre, une lave peut-être s’y écoule-t-elle, qu’il s’agit d’éviter gravissant, l’aire n’est plus de broussailles, ni d’aucune autre végétation à moins que ; il advient tenez au regard ce qui n’est pas scène, scène que ferait le cratère : diverses fleurs de toute beauté disséminées en les actuelles hauteurs, parfois un champ ample, un observateur peu familier du cratère et des fantasmagories qu’il dispense chaque jour les dirait artificielles, ce qui n’explique en rien leur présence présence pour qui ? Et s’il fallait au cratère ce seul regard d’un seul, [12/05/2018] Là — plus une phrase. Cette phrase même plus une phrase. Plus d’une, même. Et sans objet encore qu’elle, phrase où se signale à présent telle traversée, en rêve éveillé, de l’un des sept faubourgs que compte la cité, l’hiver approche les populations se réfugient en des chambres calfeutrées de toutes parts attendant que passe la saison, passera-t-elle ? La dernière des saisons saurait-elle passer, qui le constaterait dans la nuit du plus un, car c’est alors la nuit, déclarée en une chambre d’un autre monde, sera longue, s’y rédigent les feuillets d, non ne rien ébruiter de cela, simulant plutôt telle stagnation où l’écriture n’aurait plus cours qu’était-ce, y a-t-il tenez un cours de l’écriture comme il y a un cours de l’or ? Tu entres, pour dire : il y en eut un, son âge d’or ; les graphèmes — autant de métaux rares, selon les agencements en vigueur, tu entres disais-je, et ayant parlé, ayant parlé mais n’ayant pas tout dit de ton dire, ce silence où peut-être tout un ensemble de phrases résonne-t-il, de l’un de l’autre, [13/05/2018] Et s’il ne m’était pas apparu que le volume L’arche inuit avait pris fin, et cela depuis tout un temps se chiffrant en semaines, se prolongeant toutefois est-ce à dire spectral ? Et qui l’arrêta — je crois n’y être pour rien ? Sur quelle phrase ? Une relecture s’impose, la zone d’arrêt peut-être apparaîtra-t-elle, mettons sur une virgule, ou les lettres d’un nom tronqué, d’un défaut d’encre, le volume s’arrêta sur un défaut d’encre, or il se prolonge actuellement, sur cet écran me faisant face, que je puis photographier afin qu’il y en ait trace, valant preuve s’il y a lieu d’un prolongement parti pour ne pas finir, la phrase fétiche serait : ne faisant même que commencer, alors l’impulsion, quoi pour élancer la première des phrases, vient à venir, d’une idée qui est ceci ou cela d’autre, L’arche inuit ayant pris fin ne ferait que commencer, d’un départ s’ébruitant dans toute la contrée intérieure, et son peuple d’où je te vois venir, toi l’unique, questionnant comme afin d’introduire quelque déroute, le fragment ne serait pas clair, se faisant chair, il ne serait pas clair, [14/05/2018] Et la vie qui va dérivant vers l’abîme, des siècles de vie nous fussent-ils impartis encore (nous n’avons pas d’image, même abimée — ce serait : d’avoir tant circulé or rien de tel —, de l’abîme, se combinant avec l’extinction du battement cardiaque et de la circulation du souffle ; un repli des paupières peut-être, vision rentrée, et l’on se figure : néant or s’il devenait socle de rêveries, d’un sursaut — encore et toujours). Le grand jour, une qualité de lumière sans égale s’égarer dans la cité, à sa limite, où il n’est plus une habitation, ce seul sentier allant vers les hauteurs, et autournant le cratère sa lave est sang s’écoulant comme une bave, lentement : « non giocare con la lava » dit l’écriteau, et l’enfant donc de se rétracter, s’il s’approchait seulement, qui je fus mais il faut alors traduire*, traduire tout le fragment, depuis la singulière langue ayant cours, un interprète de passage croit mal comprendre, de quel secours puis-je lui être, [15/05/2018] Là — lieu d’où nul ne revient — l’écrit traversant tels voiles ou tentures, mais encore, étoffes, chiffons de jours, dis-je pour qualifier le spectral tel qu’en son imagerie primitive, alors pour s’ensuivre, quelque effet de hantise, de ce qui semble n’avoir pas de terme (trait de L’arche inuit), que l’on voudrait arrêter, afin que l’écrit repose, reparte dans l’ultériorité lointaine d’un mouvement tout autre, comme s’il fallait ce repos, ou répit, condition de nouveauté alors peut-être qu’il signe l’arrêt de mort de tout fragment, dans l’arène où je fus jeté, mais seul à en décider, ça n’est en effet qu’ayant décidé que l’on me jeta, sans l’avertissement toutefois quant aux risques, d’une faune au bord de se ruer dans l’arène, avec avidité de toute chair fût-elle de celui que l’on voit gisant, entre la vie et la mort, mais qui n’a rien vu encore de la première, car le plus terrible vient, l’attente* semble n’être que de seules secondes, [16/05/2018] Et se revoir à l’heure dite [cette phrase survenue dans l’irréflexion même, il n’y a pas une seconde, décide de la tournure de l’écrit ce jour, je puis certes l’effacer, au titre de son insignifiance, encore qu’il dépende*, et lui substituer une phrase tout autre, mais voyons voir :] toi qui aura traversé la cité de nuit, d’une marche qui t’aura semblé éternelle, mais il y a un terme, toujours, à l’éternité, et peut-être ce terme de l’éternité est-il éternel, vient en tout cas l’archi-nuit, se remarque ton ivresse, dissimulée jusqu’alors avec efforts considérables, puis tu cesses d’articuler parlant, et c’est dès lors comme une autre langue qui nous arrive, nous : elle ne t’arrive pas moins qu’elle ne m’arrive, ta propre parole te semblant étrange, comme si tu étais parlée, ventriloquée mais de l’Absent, que tu cesses de chercher d’un qui est-il, parce qu’ailleurs, t’acheminant vers le gramophone afin d’y placer l’Hungarian Rhapsodie n° 2 de Liszt, [17/05/2018] Terrain vague, l’actuel état de conscience dont s’agit de se sortir, tu viens dans le grand jour, il y a comme hâte outre l’étrange irrégularité dans ton pas, qu’as-tu à annoncer ? Tu le cries presque, à mon approche. Il va y avoir du nouveau pour L’arche inuit, ce texte que l’on ne croyait voué qu’au silence, qu’à l’oubli, qu’à la destruction, un éditeur sud-américain s’en empare ce jour, afin de le donner à traduire en espagnol par celui qu’il qualifiait tout à l’heure de prestidigitateur des Lettres en sa contrée, il y aura publication, devançant celle, tu le vois bien, en langue d’origine s’il en est* (car aussi bien n’en est-il aucune, cas de l’écrit spectral), il ne tient selon lui désormais plus qu’à toi d’en interrompre l’écriture, alors ce seul conseil : hâte-toi de l’interrompre, d’une virgule s’il le faut, ce sont ici ses mots, ajoutant à l’Histoire des inachevés en Littérature, [18/05/2018] Décidant de l’arrêt (presqu’un arrêt de mort) de L’arche inuit, celle-ci se prolonge quand bien même, et quoiqu’il en soit du terme, la mort seule en vérité arrêterait les arrêts et reprises, tant de versions, une saturation de versions, dont il résulte l’impossibilité de s’y retrouver, quelqu’un décidant de leur remise en ordre, croyant parvenir à la meilleure d’entre toutes, disparaît, non qu’il meure, mais introuvable, et nulle part la moindre trace de sa fuite s’il fuit, fut fuyard dis-tu. Le drame consistant en ceci qu’il aura emporté avec lui l’ensemble des versions, au risque de les perdre (et l’on saura qu’il les perdra), L’arche inuit est par conséquent à réécrire, la pensée n’y est pas encore, une aperception seule, sa réécriture, or si je me désistais, laissant à d’autres la tâche insurmontable, dans la double hypothèse (double impossible) qu’ils en eussent fait une lecture dès l’origine — mais selon quelles voies d’accès ? — de L’arche selon les règles en vigueur*, lecture dans les règles de l’art, plus d’une, même ; et que cette dernière leur demeure à l’esprit, intacte pour ainsi dire, afin qu’une restitution ait lieu, dès que possible, détenteurs — le préalable — d’une mémoire considérable. [19/05/2018] Maintenant, c’en est tout (de L’arche inuit, de L’archet de nuit) non que rien n’ait plus lieu, s’il subsiste l’actuelle phrase mais peut-être dans le Hors-texte, vient le Hors-texte dans le texte — zone sensible —, se cherchant un objet, une présence incertaine engage la recherche, la bibliothèque, première à cet égard, est inspectée, mais ce sont les volumes de toujours, que la présence allait dire épuisés, se rétracte ayant pensé cela, extrait quatre volumes que rien n’aurait su relier (en discerner les titres, d’ici, est malaisé ; les noms d’auteurs auront peut-être seuls décidé de l’extraction), n’ayant de commun que la langue, et encore : la langue d’origine peut-être diffère-t-elle, mais halte sont-ils tous quatre l’objet, dont il était question ? Et s’il les rejetait quand bien même, à savoir allant les garder, d’une garde de justesse ? Trop tard. L’Underwood, lui revient, vient à être l’objet, d’un coffre, son usage n’est plus, plus possible, plus pensable, or il pense à elle, comme machine du futur, réactualisée tout un bruit, à l’occasion de l’écriture, étant à fixer (enregistrer) afin de mesurer l’incidence de cette scansion, frappe des lettres — un insoutenable pour nos temps —, sur la pensée, et il n’en peut être aucune, [20/05/2018] D’après la fin une fois encore, une fin encore, que j’étire avant la taille dans la matière antérieure (une lecture, l’ultime), quitte à ne rien garder, ce serait dès lors L’arche inuit dans l’intégrale nudité, depuis ce regard que je rêve impitoyable, avant l’expédition pour peut-être nulle part. Parc n° 57 où je séjourne, m’en faisant un jardin, une table sous un saule (d’un feuillage ou lianes agissant comme filtre des rayons solaires), il saurait se faire tard, mais être retenu par telle phrase dont j’attends tout, à savoir plus qu’il ne lui est possible, car tout c’est aussi l’impossible, ce qui n’a pas été dit encore, telle voix d’un hors-monde soufflant, depuis son lieu futur, appelant, appelant à entendre il se peut que l’écoute s’éternise — le réquisit —, rien ne parvient dans l’intégralité, la place manque, mais de seuls fragments chaque jour, n’y être que pour la reconstitution erratique, fatalité à l’œuvre parfois cependant un puits de lumière, l’image intérieure rencontre l’extérieure, lorsqu’un vent chaud encore écarte les lianes, c’est alors le ciel, [21/05/2018] Tôt — vision d’aurore au travers du vitrage, s’y égarent le regard la pensée, tout un temps, s’ensuit l’errance dans la chambre, avec constat qu’il n’est rien à y faire, ayant épuisé les actions, écrire que nul n’y pense, est certes bien la phrase d’une écriture, mais de quels temps et lieu tout autres, que je sorte, parc n° 78, à sa limite une passerelle au-dessus de hauteurs vertigineuses, et allant finir rejoignant je ne sais quelle rive d’une autre cité rivale, en d’autres temps toutes deux se firent la guerre, sans merci et dont il résulta telle domination de l’une sur l’autre, l’une réduite à l’esclavage escale plus d’un siècle, l’autre à la vie douce adossée sur la première, et ce siècle passant, mais que j’interrompe le fragment, appelé ailleurs départ d’autre fragment, dans l’archi-nuit qui n’a jamais d’épreuve que furtive, s’y décident toutefois les tracés — sans marques que spectrales, d’un plan intérieur* — du fragment du lendemain, il n’y aurait rien sinon, plus de lendemain le monde se refermerait,




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire